Le bain dérivatif et le Coronavirus

Depuis quelques semaines, le Coronavirus a fait son entrée fracassante en France, nous faisant traverser tout un panel d'émotions diverses et variées.


Ceux qui me suivent savent que je me suis engagée à aider les personnes atteintes du Covid 19 grâce à des soins énergétiques mais aussi en alliant des outils issus de la naturopathie, et c'est justement de ce retour dont je veux vous parler car, au vu des résultats, et dans l'attente d'un futur traitement, il me semble qu'il y a là une belle piste à exploiter.


En effet, lors des soins énergétiques que j'ai donné à chaque malade, je leur ai également préconisé en accompagnement de ceux-ci, de pratiquer des bains dérivatifs. Je leur ai également donné quelques règles alimentaires d'usage qu'il me semblait utile d'appliquer pour l'occasion.


L'observation que je tire de cette pratique sur l'échantillon de malades que j'ai suivi est la suivante : tous ceux qui ont utilisé les bains dérivatifs ont vu une nette amélioration de leur état de santé dans les 24 à 48 h de pratique quel que soit l'état d'avancement de la maladie. Je précise tout de même, que je n'ai pas accompagné des cas en réanimation, mais des personnes chez elles qui étaient à des stades différents allant du début de la maladie jusqu'à J+14 avec des symptômes de toux, de fièvre et de grande fatigue pour la plupart.


Alors qu'est-ce qu'un bain dérivatif et pourquoi faciliterait-il autant la guérison ?


France Guillain vous en parlerait bien mieux que moi (je vous mettrai toutes les références intéressantes en fin d'article), mais je vais essayer de vous expliquer le plus simplement possible le fonctionnement de cette méthode. Le bain dérivatif consiste à rafraîchir le périnée et les deux plis inguinaux. Cette fraîcheur va donc faire baisser la température du corps pour favoriser la circulation de graisses brunes contenues dans nos fascias (tissus conjonctifs) et évacuer les toxines de l'organisme via les intestins. En baissant la température interne, on va renforcer l'immunité mais aussi faire monter la sérotonine, réduire le stress et supprimer les douleurs inflammatoires, entre autre. Le bain dérivatif va donc aider le corps à faire tomber la fièvre, mais aussi à précipiter la charge virale vers les intestins pour mieux l'évacuer, d'où un résultat rapide.


Comment procéder ?


On peut utiliser une poche de gel (facilement trouvable sur internet et sans doute dans les pharmacies) que l'on met au congélateur et sur lequel on s'assoit (si on est assis), ou, que l'on pose entre ses jambes si on est allongé. Si on n'en a pas, on peut opter pour une petite bouteille d'eau de 50 cl que l'on va congeler et entourer d'un linge et de la même manière on va le placer entre ses jambes.

Attention ! On va toujours appliquer le froid à travers nos vêtements ou un tissu, mais jamais à même la peau sous peine de se brûler.

Lorsque l'on est malade, on va utiliser cette méthode le plus possible tout au long de la journée et de la nuit.

Lorsqu'on se porte bien, il faudrait le faire au moins 3 heures par jour pour aider notre organisme à bien fonctionner.


L'alimentation


En complémentarité, il est important de comprendre que lorsque votre corps est aux prises avec une charge virale, il a besoin de focaliser un maximum son énergie dans la lutte contre les microbes, il est donc très utile de ne pas surcharger notre corps par l'alimentation. On va donc s'orienter le plus possible sur la consommation de fruits et de légumes qui vont être rapides à digérer et ne vont pas mobiliser les ressource du corps, lui laissant l'énergie nécessaire pour combattre la maladie et se restaurer. Je vous donne ci-dessous toutes les combinaisons possibles afin de ne pas surcharger votre corps :

- Protéines + légumes

- Amidons (pomme de terre, patate douce, magnioc, céréales (riz, blé, etc..), pseudo-céréales (quinoa, sarrasin), légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, etc...), pâtes) + légumes

- Fruits crus mangés seuls à l'écart des repas (3 à 4 heures après ou une demi-heure avant maximum)

- Possibilité de manger un fruit cuit au dessert (type compote)

- On oublie tous les laitages qui vont augmenter l'inflammation et qui vont accentués la toux en créant des glaires

- Fractionner ses repas en de plus petites portions peut être aussi une bonne option


On va bien sûr boire beaucoup d'eau qui va aider à éliminer les toxines.


En résumé :


Dans l'attente d'un avis médical et/ou après avoir eu un avis médical :

- Je fais des bains dérivatifs le plus possible le jour et la nuit

- J'adapte mon alimentation

- Je bois beaucoup d'eau (surtout en dehors des repas)

- Je me repose dès que possible

- Je redemande un avis médical dès le moindre doute



Bien sûr qu'il y aurait plein de choses à rajouter, mais le but de cet article n'est pas de vous assommer d'informations, mais de vous donner quelques outils que vous pouvez mettre en oeuvre facilement et qui font preuve d'efficacité avec peu de moyens.


Il est bien évident que tous ces conseils ne se soustraient en aucun cas à un avis médical, qui, dans le cas du coronavirus prévaut à tout autre chose. Ce que je donne ne sont que des outils d'accompagnement.


Cet article est dédié au Coronavirus car c'est le virus présent actuellement, mais il peut s'appliquer à n'importe quel autre type de virus.


Je vous joins une petite vidéo qui me semble très intéressante à mon sens et qui illustre parfaitement, par ricochet, le bien fondé de l'efficacité du bain dérivatif (je vous laisse le libre arbitre de votre opinion) :

https://www.youtube.com/watch?v=coXOV2ML_VI&fbclid=IwAR11ANdxEb94OPW2KsRPpKFkv1zKCmzXj9DTXRqFm-hQ4cAf8_nqkZ_ZpQc



Quelques références qui peuvent vous intéresser :

- "La Méthode" de France Guillain (Editions du Rocher)

- "Ma Bible de la Naturopathie" de Sarah Juhasz (Editions Leduc Pratique)











322 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout